CPME 66 Confédération des TPE / PME des Pyrénées Orientales

Communiqué de presse : Travailleurs détachés : la CGPME réclame une action européenne efficace

7 mars 2016

Entête-seninblue-communiqué1

 

Les travailleurs détachés sont un fléau pour l'économie française. Les PME sont confrontées à une distorsion de concurrence légale où les abus sont légion et restent difficiles à contrôler. Selon la Commission Nationale de Lutte contre  le  Travail  Illégal  (CNLTI),  il  y  avait  en  France  212  600  salariés  détachés en 2013, soit une augmentation de 25% par rapport à l'année précédente.

Quant  au  nombre de  travailleurs  détachés  illégaux,  il était  compris dans    une    fourchette    variant    entre    220    000    et    300    000. Face  à  cette  situation,  les  pouvoirs  publics  français,  à  la  demande  des organisations  professionnelles,  CGPME  en  tête,  ont  pris  des  mesures  récentes pour renforcer la lutte contre les abus. Il est à craindre que cela ne suffise pas.

Dans  ce  contexte,  la  Commission  européenne  présentera  demain  ses propositions pour réviser la directive « détachement » de 1996 sur la base du slogan politique « à travail égal, salaire  égal, sur un même lieu de travail ». La CGPME  reste  dubitative  sur  une telle  approche  qui  ne  résoudra pas  les difficultés   liées   aux   écarts   entre   les   niveaux   de   charges   sociales.

Pour  la  Confédération,  les  propositions  envisagées  ne  permettront  pas  d'assurer une concurrence loyale entre les entreprises de l'Union européenne et  n'apportent  pas  de  réponse  ambitieuse  aux  trop  nombreux  abus  et fraudes  au  détachement,  qui  se  traduisent,  pour  les  entreprises,  par  des pertes de marchés, et pour les salariés, par des conditions précaires de détachement.

Elle  demande  :  la mise en œuvre effective des outils existants dans l'ensemble des pays de  l'UE  (déclaration  préalable  au  détachement  harmonisée  notamment)  ;   l'introduction  de  systèmes  électroniques  d'information  sur  les  règles  de droit  de  travail  applicables et  une plus grande  coopération  entre  les  Etats membres ;   des  contrôles  renforcés  et  ciblés  en  n'excluant  pas  les  particuliers  ;   la  révision  des  règlements  européens  de  sécurité  sociale,  une  nouvelle fois  reportée  par  la  Commission  européenne,  pour  permettre  une  vérification de l'antériorité de l'affiliation au régime de sécurité sociale dans le pays  d'origine  ;   la  clarification  de  la  définition  d' »activité  substantielle »  dans  le  pays  d'origine pour lutter contre les sociétés « boîtes aux lettres ».